Bit Heroes, au bout du concept du MMO à la sauce 16 bits

Avec quelques pixels, Bit Heroes reprend -- pour le pire et le meilleur -- les bases du MMO en les adaptant aux supports PC et mobiles.

Bit Heroes

Un soir de désespoir, je me lance dans une recherche de MMO sur la plateforme Steam. Je découvre alors Bit Heroes, jouable à la fois sur PC et mobiles, qui va se révéler une forme d'aboutissement du genre. On revient ainsi à l'essentiel, avec une progression lente et douloureuse à travers du donjon pour accéder à des raids. Basé sur le farm à outrance, on enchaine pour grappiller l'expérience pour gravir des niveaux sans fin et s'adjuger l'équipement adéquate. On doit se lancer seul, avant de croiser des familiers qui rejoindront notre équipe si l'on parvient à les capturer. On arrive ensuite au donjon, chaque carte en comptant trois afin de débloquer le raid dédié. Chaque carte représente un palier, une marche en terme d'équipement à récolter afin d'envisager de passer à la suite. Et si les premières aventures passent toutes seules, au point d'enclencher le mode automatique, on arrive rapidement à un plafond de verre.

Et pour crever le plafond, il faut s'en remettre à la dimension communautaire de Bit Heroes. Tout le paradoxe du jeu est de rendre les autres joueurs indispensables, tout en les intégrant dans une logique consumériste et jetable. Car inutile que l'autre soit présent pour jouer, il suffit qu'il soit dans la même guilde -- fort limitée en nombre de joueurs -- ou dans la liste d'amis -- également limitée -- pour se joindre à l'équipe pour compléter un donjon ou un raid. Il n'est pas nécessaire que l'autre joueur soit connecté, laissant l'IA jouer à sa place ou nécessitant de le contrôler pour les passages les plus difficiles. Le coup de pouce a toutefois ses limites, car des phases en solitaire obligent à monter efficacement son personnage.

Bit Heroes

Il faut donc poursuivre son effort de farm, en espérant que la récompense tombe du ciel, au bout de la répétition. Mais pour aller au bout du modèle économique free-to-play, la limitation des activités demande de dépenser la monnaie liée à la boutique pour se débloquer du temps de jeu. La boutique sera d'ailleurs obligatoire pour une partie de l'équipement, passant par l'achat de boites au contenu aléatoire, un modèle évidemment bâti sur la frustration. Et s'il est possible de grappiller la monnaie de la boutique en jeu, elle est requise dans de nombreux cas. Car elle permet également de capturer les familiers de manière sûre, à moins de s'en remettre à des pourcentages d'autant plus faibles qu'ils sont précieux. De même le sommet des classements liés aux différents événements du jeu -- dont les affrontements entre joueurs -- ne sont atteignables que pour les joueurs dépensant le droit de les atteindre.

Les classiques sont de sortie avec le tank, le DPS ou le soin pour trouver sa place dans un groupe, dont quelques subtilités quand il faudra bait par exemple. On oriente donc son personnage en fonction de ses aspirations, nécessitant d'orienter sa chance quand il s'agira de décrocher certains ensembles d'équipement. Des boss -- publics ou privés -- attendent également les joueurs, la composition étant basée sur les rôles et l'équipement des invités.

Alors pourquoi j'y joue ? La réponse est limite métaphysique. J'avoue avoir accroché au concept de la progression sans fin, des niveaux pouvant toucher le ciel, voire les dépasser. C'est également un apprentissage de la gestion de la frustration, car cette dernière est omniprésente pour encourager le joueur à passer à la caisse. Et surtout, la présence d'un mode automatique permet d'y jouer sans jouer, une tâche de fond sur mon bureau. Bit Heroes est bien une tache parmi les MMO, illustration de toutes les dérives possibles du genre mais avec toutefois quelques idées.


Que pensez-vous de Bit Heroes ?

1 aime, 3 pas.
Note moyenne : (4 évaluations | 0 critique)
4,5 / 10 - Médiocre

Aucun jolien ne joue à ce jeu, aucun n'y a joué.