Le studio So Couch annonce Ember Sword, MMORPG sandbox et reposant sur la blockchain

À l'heure où les joueurs ont de plus en plus souvent un simple droit d'usage sur leurs jeux (et ne les possèdent plus), le studio So Couch imagine un MMO dont l'économie est confiée aux joueurs, reposant sur la blockchain Ethereum.

Force est de reconnaitre qu'aujourd'hui, un MMORPG se définit autant par son gameplay que par son modèle économique -- en ce sens que les meilleures mécaniques de jeu peuvent être gâchées par un modèle économique parfois trop intrusif et inversement, un jeu au gameplay classique pourra trouver son public grâce à un modèle économique accessible.
Le studio danois So Couch a manifestement conscience du poids de ces modèles économiques dans la façon dont on appréhende un MMO et l'intègre donc à son prochain titre, le MMORPG Ember Sword -- distribué dans un premier temps via un client de jeu et jouable aussi sur navigateurs web, en attendant une version mobile ultérieure.

En terme de gameplay, le jeu est présenté comme un MMORPG résolument sandbox : les joueurs sont plongés dans un monde ouvert, intégrant des mécaniques PvE et PvP (sans contrainte) et la progression des personnages est organisée sans carcan de classes -- on fait évoluer son personnage comme on l'entend.
Mais la véritablement originalité du titre tient donc à son modèle économique. Le studio So Couch part d'un constat : de plus en plus souvent, les joueurs ne possèdent pas réellement les jeux auxquels ils jouent (l'exploitation d'un jeu peut cesser à tout moment et l'investissement en temps et en argent du joueur est alors définitivement perdu) et ne maîtrisent pas non plus complètement leur expérience de jeu (et de mentionner l'exemple des loot boxes, par définition aléatoires, qui conduisent le joueur à dépenser sans réellement savoir ce dont il pourra profiter réellement).

Le studio So Couch annonce Ember Sword, MMORPG sandbox et reposant sur la blockchain
ember-sword-3.jpg

Fort du constat, So Couch imagine donc un univers dont l'économie est intégralement gérée par les joueurs... et adossée à la blockchain Ethereum (cette technologie spécifique aux crypto-monnaies). Concrètement, les joueurs peuvent d'abord créer leurs propres objets cosmétiques et les intégrer à l'univers de jeu (des skins, des emotes, des animations, etc.), mais aussi en vendre et en acheter sur un marché dédié. Et selon le développeur, les joueurs possèdent réellement ces objets cosmétiques, notamment parce que l'économie du jeu repose donc sur la blockchain (indexant la propriété de ces objets au gré des achats et reventes) et sur un token, le « PIXEL », qui prend peu ou prou la forme d'une crypto-monnaie et sert de monnaie dans le jeu. Ces « PIXELs » permettent d'acheter des objets cosmétiques, mais aussi des LANDS, des parcelles de terrain dans le jeu qu'on pourra personnaliser -- par exemple, en y ajoutant des ressources, des PNJ ou des monstres.
Autant d'éléments qui doivent contribuer à enrichir et renouveler l'univers de jeu, mais aussi à rendre ces parcelles attractives pour les monétiser. Par exemple, le propriétaire d'un LAND peut y installer un marché pour y vendre ses propres créations cosmétiques (créées par le joueur ou achetées à des créateurs talentueux) et ainsi gagner des PIXELs pour les réinvestir dans sa parcelle... ou enrichir son portefeuille de crypto-monnaie. Et de son côté, le studio So Couch finance le développement du jeu en prélevant une commission (non chiffrée à ce stade) sur les échanges réalisées in-game.

Ce « gameplay » économique rend-il le « modèle » économique plus sain ? Chacun se forgera son avis : pour les uns, le jeu ne sert que d'enrobage à une Nième levée de fonds en crypto-monnaie sans la moindre garantie quant à sa pérennité (les crypto-monnaies émises et ayant perdu toute valeur sont légions) et en cas de fermeture du jeu, il resterait certes la crypto-monnaie mais plus adossée à aucun produit et donc sans réel attrait sinon la spéculation ; pour les autres, au contraire, les éventuels investissements dans le jeu ne se font pas à fonds perdu (à l'inverse de la plupart des jeux aujourd'hui) et les réalisations in-game pourront potentiellement être valorisées.
Pour se forger un avis plus concret, comme de coutume, le studio publie le livre blanc de son projet économique et, pour les audacieux convaincus, en ouvre la souscription -- tout en gardant en mémoire la formule en la matière : les crypto-monnaies sont des investissements à très haut risque dans lesquels il convient de n'injecter que les sommes qu'on est prêt à perdre.

Réactions (15)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Ember Sword ?

2 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (4 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Intéressant