Pathfinder Online (doublement) en attente de renforts

Si Pathfinder Online est aujourd'hui moribond, le MMO doit néanmoins être mis à jour pour accueillir un nouveau système de siège (à briser à l'aide de renforts alliés), en attendant surtout le soutien d'un éventuel repreneur susceptible de relancer efficacement le développement.

On se souvient de Pathfinder Online et des espoirs qu'il suscitait : adapté du jeu de rôle du même nom, le MMO devait être un titre résolument sandbox et totalement confié aux joueurs -- reposant notamment sur des mécaniques de dominations de territoires, sur un plan militaire (les joueurs devaient pouvoir former des armées, ériger leurs forteresses, etc.) mais aussi et surtout économique voire politique sur la base de factions de joueurs pouvant devenir de vraies nations.
Las, le studio Goblinworks ne réussira jamais à concrétiser son projet malgré deux campagnes de financements participatifs réussies et le projet compte aujourd'hui une équipe de développement réduite à portion congru (entre deux et trois développeurs rattachés aux éditions Paizo qui éditent le jeu de rôle papier).

Pathfinder Online (doublement) en attente de renforts

Pour autant, Pathfinder Online n'est pas (tout à fait) mort et le développeur promet le déploiement d'ici début février d'une nouvelle mise à jour, Settlement Warfare. Elle doit notamment permettre aux artisans de fabriquer des armes de sièges servant à assiéger, voire détruire, l'avant-poste d'un l'ennemi afin de le conquérir - les assaillants devront placer au moins une arme de siège (elles sont si massives qu'elles doivent être déplacées par des mules) et deux campements dans les zones adjacentes à celles à conquérir. Chaque jour, le camp assiégé perd des ressources et s'affaiblit tant que le siège n'est pas brisé ou levé, jusqu'à tomber aux mains des assaillants. Un système qui doit encourager les joueurs à mieux défendre leurs campements à l'aide d'avant-postes et surtout renforcer leurs alliances pour pouvoir compter sur des renforts extérieurs en cas de sièges.

Mais au-delà de la mise à jour et des mécaniques de jeu, le studio Goblinworks aussi espère le soutien de renforts. Dans une lettre ouverte aux joueurs, la CEO Lisa Stevens (initialement à la tête des éditions Paizo et maintenant de Goblinworks) indique avoir eu « la chance d'entrer en relation avec le PDG de l'un des plus grands groupes de jeux vidéo au monde » afin d'échanger sur l'avenir de Pathfinder Online.
Les équipes de l'énigmatique groupe en question doivent étudier la version actuelle de Pathfinder Online, pour en évaluer l'intérêt (économique) et éventuellement trouver un repreneur susceptible de financer la relance du projet, que ce soit avec l'équipe de développement actuelle ou non. On se souvient néanmoins que fin 2015, Lisa Stevens nourrissait les mêmes espoirs auprès d'un autre repreneur et qu'à l'époque, cette reprise ne s'est pas concrétisée. On souhaitera meilleure fortune à Pathfinder Online cette fois-ci, en attendant des nouvelles d'ici fin janvier.

Réactions (18)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Pathfinder Online ?

50 aiment, 7 pas.
Note moyenne : (59 évaluations | 0 critique)
5,7 / 10 - Assez bien