Simulation médiévale de survie : zoom sur The Black Death

The Black Death se veut une simulation médiévale de survie, dans laquelle les joueurs doivent trouver leur place, comme paysans, marchands ou militaires. Chacun a son rôle à jouer et dans The Black Death, tout se paie.

Simulation médiévale de survie : zoom sur The Black Death
Fort

Les évolutions (plus ou moins) récentes du genre massivement multijoueur ouvrent de nouvelles perspectives aux développeurs (indépendants), qui imaginent aujourd'hui des mécaniques de jeu un tantinet moins formatées que celles régulièrement proposées il y a seulement quelques années. Les sept développeurs de Syrin Studios s'inscrivent dans cette mouvance (ils revendiquent une expérience dans l'industrie du jeu « AAA » et se focalisent aujourd'hui sur le développement de « jeux auxquels [ils] aimer[aient] jouer ») et The Black Death, leur « simulation médiévale de survie » laissant la part belle au réalisme et au roleplay, s'inscrit manifestement dans cette logique.

On l'a déjà noté, The Black Death plonge le joueur dans un monde inspiré de l'Europe occidentale du XIVè siècle, alors frappé par des pandémies de peste. Un univers sombre et dangereux, donc, dans lequel le joueur sera confronté tantôt à une faune hostile (à l'époque, les ours et les loups sont encore des prédateurs redoutables pour l'homme), tantôt à des brigands profitant du chaos généré par la pandémie (la « principale menaces PNJ » selon le développeur) ou encore à des malades de la peste susceptibles de propager la maladie (les uns sont lents et faibles, mais d'autres sont devenus fous par l'infection).
Au-delà du décor que compose cet univers, The Black Death invite surtout le joueur à trouver sa place dans une société cohérente, car dans le jeu du studio Syrin, le gameplay ne passe pas uniquement par le combat.

Des classes combattantes et non combattantes

Dans The Black Death, tous les joueurs ont peu ou prou accès à toutes les activités (tous les joueurs peuvent combattre ou fabriquer des objets grâce à l'artisanat), mais certains sont plus spécialisés que d'autres. Le MMO intègre trois grandes familles de classes : des archétypes militaires axés sur le combat, des archétypes marchands dédiés à l'artisanat et au commerce et des archétypes de paysans qui se consacrent à l'exploitation de la terre et à la récolte de ressources. Au gré de sa progression, le joueur pourra débloquer différentes spécialisations, qu'il devienne épéiste, maître forgeron ou fermier.

Mine

Selon le développeur, toutes les classes ont des capacités variées. Un militaire pourra ainsi opter pour une carrière de Chevalier (qui consacre sa vie au combat, maniant des armes à deux mains et portant de lourdes armures) ou s'orienter vers un rôle de Forgeron qui pourra être déterminant sur un champ de bataille. À chacun de choisir le coeur de ses activités en devenant Moine (pour porter assistance), Chasseur (pour nourrir les siens), Ménestrel (vivant en divertissant), Noble ou encore Garde (affecté à la protection d'un village, protégeant ceux moins versés dans l'art des armes et luttant contre le vol pour garantir la paix locale).

Tout se paie et tout a un prix

Chasse
HighresScreenshot00006.png

À chacun de trouver sa place dans l'écosystème de cette « simulation médiévale » interconnectées, en fonction de ses capacités. Si les fonctions de paysans peuvent sembler moins palpitantes de prime abord, elles sont déterminantes dans The Black Death que les paysans sont ceux qui approvisionnent la population en nourriture (et il faut se nourrir dans The Black Death) et en ressources brutes, tout en alimentant l'économie. Grâce à ces ressources, les marchands pourront confectionner des produits manufacturés (que ce soit des outils, des armes ou encore des vêtements) puis les proposer à la vente, alors que les militaires devront assurer la protection de la population, notamment contre les brigands.
Chacun a son rôle à jouer, chacun doit se rendre utile (voire indispensable ?) et selon le développeur, « tout a un prix ». Les objets s'échangent entre les joueurs, mais aussi les services rendus. À chacun de trouver librement le bon accord (qu'il s'agisse de troc, d'échanges de bons procédés ou de ventes). Un bon moyen, pour les classes non-combattantes d'assurer leur survie dans un monde hostile. Et les plus habiles pourront même s'offrir une demeure, du simple campement au luxueux manoir, en passant par l'échoppe bien située.

Système de combat « unique »

Au-delà des mécaniques sociales et ludiques de The Black Death, le développeur revendique aussi un système de combat « unique ». Plus concrètement, le jeu intègre différents types d'armes (des dagues et épées à deux mains, des masses ou gourdins, des lances ou encore des arcs), infligeant des types de dégâts spécifiques : les armes tranchantes ou perforantes infligent plutôt des saignements (des dégâts physiques réduisant le niveau de santé des personnages) alors que les armes contondantes infligent des écrasements, réduisant le niveau d'endurance de l'adversaire et pouvant l'assommer (et un personnage inconscient au sol peut aisément être achevé).
Par ailleurs, dans The Black Death, les combats se font sans ciblages, en temps réel. Les personnages disposent de diverses positions de combat qu'il faudra utiliser tantôt pour porter un coup, tantôt pour tenter de parer une attaque adverse (il n'y a pas de bouton « parer » pour se défendre, mais si l'adversaire tente par exemple une attaque basse, il faudra abaisser son arme pour bloquer le coup avant de lancer une contrattaque à la tête).

On le comprend, si The Black Death prend la forme d'un projet très modeste porté par une petite équipe, le jeu intègre quelques composantes originales. Le MMO doit être lancé dans le cadre d'un accès anticipé dans les prochaines semaines (au cours du « premier trimestre 2016 »), selon un modèle buy-to-play (à base de ventes de copie du jeu, mais sans abonnement et le développeur entend se démarquer des titres free-to-play), le tout sur des serveurs devant accueillir une centaine de joueurs chacun (la première version jouable permettra d'affiner la capacité des serveurs). Rendez-vous est pris.

Réactions (35)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Black Death ?

13 aiment, 8 pas.
Note moyenne : (23 évaluations | 0 critique)
5,8 / 10 - Prometteur